Autoépuration

 In

Cela renvoie à l’ensemble des processus biologiques, chimiques ou physiques permettant à un écosystème (rivière, lacs, mer et océan…) de transformer lui-même les substances le plus souvent organiques qu’il produit ou qui lui sont apportées de l’extérieur. Les organismes vivant dans les milieux aquatiques jouent dans ce processus un rôle important (bactéries, protozoaires, algues, invertébrés, poissons…). L’auto-épuration a des limites car si les rejets concentrés de matières organiques dépassent un certain seuil, la capacité d’autoépuration naturelle est dépassée et la pollution persiste. Par ailleurs, la présence de substances toxiques peut inhiber le phénomène d’autoépuration.

Recent Posts

Start typing and press Enter to search